Cabaret d’hiver – 11 mars 2017 – à Terre Blanque

Gibus Barnier, régisseur de Errances, pourvoyeur de gros son et fantôme des coulisses, n’était vraiment pas content, ce matin là. Il fallait décidément faire quelque chose.

D’un geste rageur, il vissa sa casquette sur le crâne, et, claquant la porte du petit local à bidouilles derrière lui, entreprit de descendre du perchoir. Saisissant à pleine main la barre d’acier inoxydable subtilisée quelque mois plus tôt dans le stock d’un avionneur local, il se laissa glisser tel un pompier de cinéma vers les profondeurs de la grande salle.

Un petit monde bourdonnait en bas. Les petites mains de la vallée s’affairaient en tout sens, qui poussant une table, qui portant des assiettes, chacun s’efforçant de démonter ce qu’un autre venait d’à grand-peine assembler. Un petit bonhomme, portant à plein bras une statue deux fois plus grosse que lui, semait sur son chemin hésitant une foule de petits bouts de déco qu’un autre s’efforçait de ramasser en maugréant, avant de percuter un troisième, porteur d’une échelle à trois pans. La chute qui s’ensuivit fut aussitôt primée de deux clowns d’or, catégorie « gag de l’échelle niveau 3, numéro collectif ». A l’heure qu’il est, les malheureux acrobates involontaires sont toujours coincés. Notre échelle nous manque beaucoup.

Gibus fit appel à ses dons mosaïque pour écarter cet mer de joyeux drilles en pleine démonstration d’inefficacité, et traversa d’un pas ferme – et à pied presque sec – la fosse qui le séparait de la scène. Sur le plateau, l’air maussade comme à l’accoutumée, votre serviteur grattait fiévreusement un parchemin de sa plume dégarnie. Sur sa portée s’alignaient quelques notes récalcitrantes, péniblement arrachées au néant après quelques heures d’une lutte inégale.

« – C’est quoi, ça, interrogea Gibus ?

– Ben… euh.. c’est l’opéra, quoi, acte I scène 3, avec le quatrain du Jägermeister, et tout…

– Je vois bien ce que c’est, et là n’est pas la question.

– Mais tu viens de demander…

– Je viens te demander le newsletter de mars, et y que ça saute. »

Gibus fermât la conversation d’un tour autoritaire et entreprit de rejoindre le perchoir. Mais une barre de pompier, si c‘est forte pratique à la descente, mais quelques questionnement métaphysique a ôté la possibilité d’y remonter.

Gibus soupira.

Toute la salle pouffait de rire.

————

Cabaret d’Hiver

samedi 11 mars- Terre blanque – prix libre au chapeau

Accueil dès 19h, musique au bar.

Repas sur réservation,
spectacles et concert à partir de 20h

Venez costumés, dans le thème des cabarets rétro steampunk!

Je vous invite également à visiter régulièrement le site www.leserrances.org, consacré au cabaret et aux projets attenant, afin de connaitre à l’avance la programmation, et découvrir nos petites folies.

Lucien Trotzdem,
Maitre de cérémonie.
Réservations pour le repas: 06.20.55.86.50