Cabaret d’hiver – 15 avril 2017 – a Terre Blanque

Quatre ombres sinistres se faufilaient au pied du Hermannswand, la falaise abrupte qui formait le fond du Val. Un éclair déchira le ciel lourd et obscur, et, pendant un bref instant, les noires volutes nuageuses se rehaussèrent d’une frange d’or, avant de replonger dans le néant, accompagnées par un puissant et ténébreux roulement de tonnerre.

Les ombres se mouvaient en silence, d’une foulée souple mais prudente, engoncées dans de lourdes capes noire, qui les couvraient de la tête aux pieds, dissimulant leurs visages dans de profondes capuches. La lune noire étaient leur alliée.
Ils portaient avec eux une lourde charge, un coffret de métal gris richement orné de maints symboles alchimiques, fermé avec un soin infini par un lourd verrou à l’épreuve de toute ouverture accidentelle, qu’ils étaient deux à charrier avec le plus grand soin. Lorsque le terrain devenait par trop cahoteux, ils ralentissaient sagement leur marche, allant quelquefois jusqu’à transférer leur fardeau de main en main, formant une chaîne improvisée qui se déroulait lentement dans la nuit.

A une petite centaine de pas devant eux, et aux abords du village, se dressait une bâtisse imposante, dont l’enseigne, richement décorée de ferraille et d’os, grinçait sous le portique de bois noir. De fins rayons d’une lumière ambrée filtraient au travers des fenêtres obstruées, et les murs vibraient littéralement au rythme d’une musique endiablée, dont les basses répétitives noyaient les échos des ripailles en cours. Au cabaret, la soirée battait son plein.

Les ombres s’étaient approchées, de plus en plus fébriles à mesure que leur objectif se précisait. A quelques pas de la masure, l’une d’elle, celle qui ouvrait la marche, tira des replis de son manteau une lourde clé de bronze, puis du bout de sa botte, entreprit de gratter la terre à un endroit précis, découvrant une antique trape dissimulée. Dans un soupir de soulagement, il se félicita de ce que l’informateur se fut révélé fiable. Avec l’aide d’un des compagnons, il dégagea l’entrée, tandis que les deux autres, tétanisaient, n’osaient abandonner leur charge au sol.

Puis ils se glissèrent dans le souterrain, faisant descendre le coffret avec une infinie prudence, avant de refermer la trappe derrière eux. Ce soir, ce serait le dernier cabaret.

 


 

samedi 15 avril – Terre blanque – prix libre au chapeau

Accueil dès 19h, musique au bar.

Repas sur réservation,
spectacles et concert à partir de 20h

Venez costumés, dans le thème des cabarets rétro steampunk!

Je vous invite également à visiter régulièrement le site www.leserrances.org, consacré au cabaret et aux projets attenant, afin de connaitre à l’avance la programmation, et découvrir nos petites folies.

Lucien Trotzdem,
Maitre de cérémonie.
Réservations pour le repas: 06.20.55.86.50