Cabaretum Valetae

“Cabaretum Valetae – Epilogue

Le convoi poursuivait paresseusement son chemin sur la chaussée cahoteuse et déformée. A l’arrière de son phaéton, Lucien Trotzdem, engoncé dans son fauteuil massif tendu de velours rouges et noirs, contemplait fixement la flamme vacillante de l’unique bougie qui, en dépit des trépidations incessante du voyage, éclairait la cabine aveugle d’une lumière jaunâtre et maladive, … Continuer la lecture de “Cabaretum Valetae – Epilogue 

“Cabaretum Valetae – troisième partie (suite et fin)

– 9 – Lucien Trotzdem, le teint pâle et la démarche hasardeuse, traînait péniblement ses rangers dépiautées dans la poussière lourde et charbonneuse du terril, soulevant à sa suite un épais nuage de particules malsaines et insidieuses, qui, telles les miasmes de la plus noire des pestilence, s’infiltraient silencieusement au cœur du système respiratoire des … Continuer la lecture de “Cabaretum Valetae – troisième partie (suite et fin) 

Cabaretum Valetae – Seconde partie (suite et fin)

– 6 – La journée tirait lentement vers sa fin. Les chaleurs écrasantes de l’après-midi avaient relégué la population dans des territoires plus ombragés, à la périphérie du terril. L’astre ardent allait enfin basculer derrière la majestueuse crête rocheuse qui surplombait la Vieille Valette, et les Errants émergeaient progressivement de leur torpeur post-méridienne. Artus Barnier … Continuer la lecture de Cabaretum Valetae – Seconde partie (suite et fin) 

Cabaretum Valetae – Seconde partie

– 4 – Sous une antre de métal coiffée de bâches crasseuses et élimées prélevées sur d’antiques véhicules transporteurs, résonnaient les tintements aigus et réguliers produits par le choc de deux masses ferrugineuses qui se télescopaient puissamment. L’abri dérisoire recouvrait un établi branlant sur lequel était disposé une constellation d’outils aux allures robustes et primitives, … Continuer la lecture de Cabaretum Valetae – Seconde partie 

Une étrange visite

Le convoi poursuivait paresseusement son chemin sur la chaussée cahoteuse et déformée, dont les pluies printanières avaient descellé les antiques pavés. Chacun subissait le voyage en silence, plongé dans quelque rêverie propre que nul n’aurait songé à interrompre. Quelque part au milieu de la file qui s’étirait à flanc de montagne telle un anaconda léthargique … Continuer la lecture de Une étrange visite