Les tentations nocturnes

La partition est aujourd’hui considérée comme un mode de transmission élitiste de la musique. Il y a moins d’un siècle pourtant, elle était encore le vecteur principal de la diffusion d’un répertoire populaire, et libre de droit. Cette musique, dite « du patrimoine » – quel vilain mot, est notre propriété collective. Charge à nous de la faire vivre, de la transmettre, et de l’enrichir.

Les Tentations nocturnes on été écrites pour être jouées par d’autres, à l’image de ce répertoire populaire. Le choix de l’instrumentation piano-voix est ce qui pour moi se rapprocherait le plus d’un choix neutre, et le style lui-même est assez malléable, passant aisément du swing à la oï! en fonction de l’interprétation.

Les accords sont assez simples, en La mineur, pour permettre à la plupart des instruments diatoniques de suivre la cadence, et le morceau comprend de larges plages musicales destinées aux improvisateurs. Pour les modernes, vous trouverez un fichier midi, qui devrait ouvrir la porte à des adaptations électro ses plus surprenantes

N’hésitez pas à reprendre ce morceau, à le recomposer à votre convenance, à le déformer et le malaxer, en bref à en faire ce que vous voulez, après tout, c’est plus mes oignons.

M. Lucien TROTZDEM, Maître de cérémonie.

paroles et musique de M. Lucien TROTZDEM, Maître de cérémonie.

A interpréter sans modération!

Partition —– Paroles

Approchez, approchez, ô, braves et bonnes gens,
Contemplez ce repaire de dandys dépravés.
« Le Cabaret d’hiver », théâtre mal famé,
Ouvrira grand ses portes dans un petit instant.
Sous vos yeux ébahis, sur un air entêtant,
Habiles matassins, musiciens inspirés,
Un magnifique spectacle va bientôt commencer.
Venez vous étourdir de ce monde enivrant.

Osez franchir la porte de l’hôtel mystérieux,
De ce bouge interlope, ce lieu de perdition,
Promesse de maints plaisirs, d’infinies perversions,
Car ici prendront corps vos rêves délictueux;
Qu’ils soient faits de bonne chair ou de fins spiritueux,
L’estomac frémissant d’une douce tentation,
Ou encore de substance, objet de noires passions,
O sublime alchimie d’encens rares et précieux.

Vous donnerez libre cours, vous laisserez porte ouverte,
Aux plus inavoués de vos si nombreux vices,
Lors de votre séjour au palais des délices,
Dans les bras langoureux et chauds de la fée verte.
Au petit matin gris, d’un pas pourtant alerte,
Sans le moindre remord, par un odieux caprice,
Vous nous abandonnerez dès la fin du service,
Seuls, dans l’ombre glacée de cette salle déserte.

Co-pirate : musique libre et gratuite